Cap sur Périgueux

Périgueux est un musée à ciel ouvert. Ville de 30 000 habitants, Périgueux résume à elle seule toutes les grandes pages de l’Histoire du Périgord. Son héritage historique et son patrimoine en font une destination touristique incontournable.

En premier lieu, baladez-vous dans le quartier Gallo-Romain. Vous serez surpris par les nombreux vestiges qui témoignent du faste de l’empire Romain. Aujourd’hui, le musée Vesunna réunit une impressionnante collection d’objets de la vie quotidienne exposée dans une véritable villa Gallo-Romaine.

Mais votre voyage dans le temps ne fait que commencer. En vous dirigeant vers le centre historique, au détour d’une ruelle médiévale ou en flânant de place en place, admirez-les maisons à pans de bois, les riches demeures enrichies par les imposantes tours ou encore les remarquables hôtels particuliers ornés des fines sculptures Renaissance. Au cœur de cet ensemble architectural, trône la cathédrale Saint-Front qui fait la fierté des Périgourdins. Son allure étrange et son style byzantin attirent tous les regards. Et si vous voulez l’admirer de plus près, vous pouvez également visiter accompagnés d’un guide, les toits de la cathédrale. Nul doute que vous serez séduits par cette ville.

La Tour Mataguerre : du haut de cette tour, une vue panoramique permet d’admirer, du côté gallo-romain, l’église Saint-Etienne de la Cité et ses deux coupoles. De l’autre, côté médiéval, se dresse la cathédrale Saint-Front au-dessus d’un labyrinthe de ruelles. Entre les deux, on aperçoit les collines de la Boissière et l’Ecorneboeuf, qui furent habitées par les Pétrocores (peuples celtes).

• La Véloroute Voie-Verte du Grand Périgueux longe la rivière Isle. Elle permet de découvrir à pied, à vélo ou à roller à la fois les paysages verdoyants et les sites historiques. Le parcours, balisé, agrémenté de nombreuses aires de repos et de jeux, est l’occasion idéale pour passer un agréable moment en famille.

Marché traditionnel  : le marché de Périgueux se tient chaque matin place du Coderc, et, les mercredis et les samedis il gagne les place de la Clautre, place de l’ancien Hôtel-de-ville et la place Saint-Silain.

Terra Aventura : deux parcours de géocaching Terra Aventura, deux chasses aux trésors surprenantes, permettent de découvrir le territoire, le patrimoine local et ses anecdotes tout en jouant.

Aux portes de Périgueux

• L’abbaye de Chancelade : l’église est un édifice de plan cruciforme à nef unique. A l’intérieur, on peut y admirer un tableau du XVIIe siècle « Le Christ aux outrages » longtemps attribué à Georges de La Tour. Le parc verdoyant est quant à lui une invitation à des promenades paisibles et spirituelles.

Le prieuré de Merlande : posé dans un écrin de verdure, bâti sur une source, il est l’endroit idéal pour se ressourcer spirituellement. C’est également un joli lieu de promenade et les amateurs d’architecture apprécieront les très beaux chapiteaux romans de l’édifice délicatement ouvragés.

Agonac : autrefois cerné par un mur d’enceinte, aujourd’hui la porte Salseyron témoigne de cette fortification. Au centre du village sur un promontoire rocheux, un château a été bâti au Xème siècle par l’évêque pour protéger Périgueux des invasions normandes. Ne manquez pas l’église romane pour y admirer les voûtes en berceau reposant sur des piliers percés donnant l’illusion de bas-côté : dispositif extrêmement rare dans le monde roman.

Cap au Nord

Le Château de Château l’Evêque  : Ancienne résidence d’été des évêques de Périgueux, il date en grande partie du XVIème siècle avec de nombreux remaniements du XV au XVIème siècle. L’église paroissiale a vu l’ordination de Vincent de Paul en 1600.

Brantôme  : également nommée Venise verte du Périgord, située aux portes du parc naturel régional Périgord-Limousin, cette charmante cité vous accueille dans un cadre naturel verdoyant. Son abbaye  adossée à une imposante falaise calcaire veille sur le bourg qui lui fait face. Ce vaste monument aurait été, selon la tradition, consacré par Charlemagne lors de son passage en Périgord. Nous pouvons donc avancer que c’est certainement l’une des plus anciennes abbayes  de France. Outre l’abbaye, Brantôme se prête à une merveilleuse balade dans la vieille ville. Ce cœur historique, protégé par la Dronne, oscille entre Moyen Age et Renaissance.

Le Château de Bourdeilles : cette baronnie charmera les amateurs d’art et d’histoire. Deux châteaux, d’époques différentes (Moyen-âge et Renaissance), bâtis sur une terrasse rocheuse rehaussée d’un rempart surplombant la Dronne.

Cap au Sud

Vergt  : d’un rouge brillant, affichant de belles courbes, parées d’une collerette finement ouvragée, elles se nomment Garriguette, Mara des bois, Cirafine, Charlotte… Production emblématique de Vergt et ses alentours, les fraises  ont fait beaucoup pour la réputation de cette région centrale du Périgord.

Sainte-Alvère : à la pointe ouest du Périgord noir, Sainte-Alvère vous accueille au cœur d’une contrée très vallonnée aux plateaux calcaires. Les ruelles fleuries vous invitent à la promenade. Ainsi, vous découvrirez une imposante tour dans un parc. Seul vestige d’une des plus vastes demeures seigneuriales du Périgord au XVIIème siècle, la famille de Lostanges a marqué toute l’histoire du village comme la construction de l’église. Sainte-Alvère est aussi très réputée pour son marché aux truffes. Dès les années 60, la région fut une grande productrice de truffes  et encore aujourd’hui le marché de Sainte-Alvère attire de nombreux acheteurs grâce à la qualité des truffes  contrôlées par des commissaires.

Cendrieux : au milieu des champs de fraises, se trouve un petit village typique et fort séduisant. Cendrieux se développe autour de l’église fortifiée dédiée à Saint Jean-Baptiste. N’hésitez pas à flâner en empruntant les ruelles du village. Très vite vous comprendrez que vous suivez le tracé d’une fortification médiévale. Lors de votre balade, vous serez surpris par la richesse de certaines demeures imposantes. Non loin, vous retrouverez 2 sites uniques en leur genre : la reconstitution du maquis de Durestal  et le musée Napoléon au château de la Pommerie.

Paunat : ici la pierre se fait plus ocre car vous vous approchez du Périgord noir. Ce petit village constitué de bâtisses remarquables, se love autour de l’imposante abbaye  et semble vouloir s’y protéger. A travers cette campagne verdoyante avec ses champs et ses collines boisées, ses ruisseaux et ses impressionnantes falaises, vous trouverez aussi le vestige d’un ancien port sur les rives de la Dordogne.

Saint-Amand-de-Vergt : non loin de Vergt et de Cendrieux, vous êtes ici au cœur du pays de la fraise. Saint-Amand doit son nom aux moines missionnaires qui parcouraient le pays pour y fonder prieurés, chapelles et églises. Aujourd’hui, l’église romane du XIème siècle ne déroge pas au style architectural typique du Périgord avec son unique coupole surmontée d’un clocher. Vous pourrez aussi profiter de ce patrimoine lors du festival de musique classique : rendez-vous incontournable de l’été. A quelques minutes du bourg, se trouve un lieu qui ravira petits et grands, amateurs de baignade, pêcheurs et campeurs, il s’agit du lac de Neufont. Ce plan d’eau de prés de 7 hectares ceint d’une dizaine d’hectares de forêt est doté de 2 plages. Plusieurs activités nautiques, paddle, pédalos auxquelles s’ajoutent selon les jours concerts, marchés nocturnes

Cap à l’Est

Sorges-Ligueux : bienvenue dans la capitale de la truffe  en Périgord ! Pour connaître les secrets de cet étrange champignon, poussez les portes de l’écomusée de la truffe. Situé dans une ancienne ferme typiquement périgourdine, le musée aborde la trufficulture sous tous ses angles. Complétez cette découverte en parcourant le sentier des truffières, balisées sur 3 kilomètres, dans la campagne sorgeaise. Mais ici, il n’y a pas que la truffe ! Les amateurs d’architecture seront comblés en allant vers Ligueux. L’abbaye  du village, abbaye de femmes, aurait été fondée par Charlemagne vers 770. Au XVIIème siècle, ce lieu accueille les jeunes filles de « bonne famille » afin de leur donner une bonne éducation. On trouve sur le domaine, un pigeonnier, les communs et le logement de la prieure.

Antonne-et-Trigonant : près de Périgueux, le visiteur poursuit sa découverte vers le nord en direction de Limoges. Bien installé dans la plaine au bord de l’Isle, le château des Bories, aux allures raffinées derrière ses douves, attire notre regard. L’histoire de ce château riche et dense nous transporte vers une époque où la noblesse se lançait dans de grands travaux de construction. Au château des Bories, l’histoire commence en 1497, Jeanne de Hautefort, veuve de Jean de Saint-Astier, poursuit le projet de son époux. Bâti sur un ancien repaire noble, l’ensemble homogène de son architecture nous laisse penser que sa construction s’est déroulée d’un seul jet. En 1604, Henri de Saint-Astier apporte quelques retouches dont la tourelle carrée.

Ce château possède toute la délicatesse de ce style italianisant : corps de logis de trois niveaux éclairé par de larges fenêtres, doté à chaque extrémité de massives tourelles recouvertes de toitures en ardoises.
On retrouve accolée à ce corps de logis, une tour carrée au bas de laquelle se trouve l’entrée de la demeure. Dès que l’on pousse la porte, ornée des armes de la famille des Saint-Astier, la splendeur des lieux surprend. Un escalier monumental sur plan carré à noyau central mène jusqu’au dernier étage. Le centre est occupé par quatre petites pièces : celle de la cave correspond aux oubliettes et la plus haute à un oratoire. Comment passer de l’enfer au divin ! L’ensemble de l’escalier est couvert de voûtes d’ogives finement sculptées.

Au rez-de-chaussée, l’odeur de feu de bois, mène jusqu’à la cuisine. Une pure merveille aux voûtes nervurées reposant sur un pilier central octogonal. Les deux immenses cheminées servent encore pour mijoter les bons plats des repas de famille.

Si les pierres pouvaient nous parler, elles nous conteraient les grandes pages de l’histoire du château des Bories.
Henri de Saint-Astier, Protestant et filleul d’Henri IV, attire la colère du Sir d’Auberoche en 1592. La tour d’escalier porte encore les marques des boulets.

Puis en 1652 et en 1653, les frondeurs assiègent le château.

Les propriétaires du château ne gardent pas jalousement ce petit trésor de la Renaissance mais au contraire accueillent les visiteurs tous les étés.

Saint-Pierre de Chignac : à une dizaine de kilomètres de Périgueux en direction de Sarlat, venez découvrir le village de Saint-Pierre de Chignac. Ce petit hameau organisé autour d’une halle vous invite à une balade bucolique. Non loin du bourg, sur les coteaux boisés, vous trouverez un bâtiment industriel des plus surprenants, tant par son imposante architecture que par sa fonction. Aujourd’hui, le musée du vin du chai de Lardimalie, bâti en 1902, présente une collection complète de rares outils des vignerons, vendangeurs et tonneliers. Ce site est souvent associé à Jules Honoré Secrestat, le commanditaire des lieux. Ce modeste apprenti est devenu un distillateur Bordelais de grande renommée après avoir créé le bitter Secrestat (liqueur à base de gentiane) afin de remplacer l’absinthe.

Savignac-les-Eglises : ce bourg possède un patrimoine historique avec entre autre la chapelle romane Saint Christophe ornée d’un bas relief remarquable. Aujourd’hui, une halle en charpente entièrement chevillée accueille marchés et fêtes locales. Vous pouvez poursuivre votre découverte avec une balade champêtre en vous dirigeant vers les causses de Savignac. Etendus sur 410 hectares, les 2 sentiers  vous permettent de découvrir les cabanes de pierres sèches appelées dans la région « Bories », qui servaient autrefois aux paysans pour ranger leurs outils.

Cap à l’Ouest

• Neuvic-sur-l’Isle : au cœur de la Dordogne historique et gourmande, le village de Neuvic a donné son nom à une marque de producteur « caviar de Neuvic« .
Le château de Neuvic a toujours été habité depuis sa construction. Légué par sa dernière propriétaire à la Fondation de l’Isle en 1950, une partie de son site est dédiées aux enfants et adolescents déficients. L’élégant château est aussi ouvert au public. Le restaurant peut accueillir une centaine de convives et un chapiteau permet d’organiser des événements. La grande originalité du château est de proposer durant une semaine, deux fois par an, un jeu de piste nocturne.

Saint-Germain-du-Salembre : vous  y trouverez la dernière biscotterie artisanale de France, la Biscottes La Chantéracoise.

Saint-Astier : petite ville aux bords de l’Isle, Saint-Astier est l’une des 34 villes fortifiées du Périgord. La ville doit son nom à Astérius, venu vivre en ermite au VIème siècle dans une grotte miraculeuse. En visite à Saint-Astier, n’hésitez pas à aller vers la chapelle des bois où le saint est encore honoré : véritable symbole pour les Astériens. Le jeudi est le jour idéal pour découvrir Saint Astier, les marchés fermiers animent les ruelles autour de l’église aux allures fortifiées. Aujourd’hui Saint Astier est une ville en pleine expansion. Sur la rive gauche de l’Isle, des gisements de calcaire présentent un bac unique en Europe. Par ses qualités (imperméable à l’eau tout en laissant sécher son support), la chaux de Saint-Astier est très prisée pour la restauration des monuments historiques. Des visites sont possibles.

Et bien d’autres encore !